Tag Archives

6 Articles
Nexus 4 Review (et un de plus)
Rien à redire devant un téléphone aussi bien réussi

Nexus 4 Review (et un de plus)

Aujourd’hui, et après une semaine en sa possession, je vais vous faire mon retour sur le Nexus 4. Un retour assez bref car avec toutes les Reviews qui traînent entre le prototype, la version finale, la version qui est en rupture, celle livrée dans 3 semaines, celle en forme de pizza, … Il y a de quoi faire. Donc, je vais vous présenter le Nexus 4 en apparence, avec le packaging fait par google, ensuite je vais vous parler de l’expérience Android qui va avec car, comparé aux téléphones, la game nexus donne une expérience pure d’Android (aucune surcouche pourrie made in Samsung, Orange et consort). Je terminerai pas vous parler de la partie multimédia de ce superbe appareil avant de conclure.

Packaging et Apparence

Pour ma part, quand j’ai reçu le Nexus 4, j’ai été impressionné par la taille du colis. Sur le coup, j’ai cru qu’ils avaient confondu avec une Nexus 10. J’en viens à penser que les excuses de retard et d’épuisement viennent du fait que Google n’avait pas prévu assez de colis. Bref, après avoir bataillé pour enlever le papier à bulle, je suis tombé sur cette magnifique boîte :

Bon, elle est abîmée à cause de ma sortie du papier bulle. Ne vous en faites pas.

Comme d’habitude, la boîte contient un câble USB/micro USB, adaptateur secteur, écouteurs et bien entendu, un Nexus 4. Le Nexus 4 quand à lui est de très très bonne qualité. Pour ma part, je dirais même qu’il s’agit de la meilleure qualité de téléphone que j’ai pu voir jusqu’à maintenant (même l’Iphone 5 ne nui arrive pas à la cheville). Au premier coup d’oeil, on peut se dire qu’il fait bien gros et qu’on aura du mal à le tenir. Je vous rassure, ayant utilisé toutes les tailles de téléphones Android jusqu’ici, je le trouve vraiment pratique à tenir avec même une meilleure prise en main qu’un Galaxy S2 par exemple. J’ai même testé la différence entre lui et un S3 et c’est sans appel : le Nexus 4 a une bien meilleure prise en main que son homologue.

Oh mon dieu, mais c’est énorme!

A noter aussi (et tout le monde le met dans sa review) le dos holographique du Nexus 4 qui, malgré ce que je pensais, n’est pas si voyant et qui donne un effet encore plus « classe » à notre smartphone. Ce dos, qui se trouve être aussi en verre, peut vous sembler fragile et, après un semaine d’utilisation, je n’ai aucune rayure, trace, … En fait, si vous ne le savez pas, depuis l’Iphone 4, le dos est aussi en verre et personne a crié « oh mon dieu, mais c’est fragile » mais plus tôt « oh mon dieu c’est trop classe ». Pour le Nexus 4, je serais d’avis de crier aussi la seconde phrase.

Enfin réussi à prendre une photo avec le dos holographique

Petit effet qui a son charme et qui, je trouve, donne un vrai plus au confort d’utilisation, c’est le petit arrondi qu’il y a sur les côté droit et gauche de l’écran. Les tranches de l’appareil sont carrées mais douces au toucher avec un petit style d' »allu brossé » sur le dessus. Les boutons, ayant le même style pour régler le son et déverouiller l’écran sont eux placés comme la plupart des nouveaux smartphones (enfin une norme de placement?). Le micro USB est très bien placé (comme les autres nexus) en bas de l’appareil pour permettre, dans un futur proche, la compatibilité avec toutes les stations d’accueil micro USB. Pour ce qui est de la prise Jack en haut, certains ont criés au scandal car depuis le Nexus S, il est placé en bas. Moi je trouve ça plus pratique car, si vous mettez votre téléphone sur une station de charge micro USB, vous n’avez plus accès au jack et donc, vous ne pouvez pas brancher vos écouteurs. Là, vous pouvez concilier les deux facilement.

Rien à redire devant un téléphone aussi bien réussi

Pour ce qui est du poids, je l’ai trouvé quasi aussi lourd que le Galaxy S3. Pourtant, le S3 me semble beaucoup plus cheap que le Nexus S que ce soit au touché ou à la main. Pour vous donner une idée, malgrès une taille d’écran plus grande, le Nexus 4 se trouve être plus petit de quelques milimètres que le S3 pour une épaisseur équivalente.

Expérience Android

Comme dit au cours de l’introduction, le Nexus 4 utilise le design de base d’Android. Vous aurez donc l’utilisation la plus pure du système avec un total respect des guidelines dans les applications de base. Il faut savoir que normalement, depuis android 4.0, la touche dite menu n’existe plus. Une autre touche, permettant elle d’avoir accès à votre historique d’applications lancées, a fait son apparition. Ces 3 touches de base (avec la touche retour) suffisent à naviguer au sein d’Android (pas comme le gros bouton home physique de chez Samsung).

Plus aucun bouton physique

Si vous ne le savez ps, le Nexus 4 est installé avec la dernière version en date d’Android. A savoir la version 4.2 Jelly Bean. Cette version n’a pas trop de nouveautés par rapport à la version précédente si ce n’est ce que je vais vous indiquer dans la suite du sujet. Nous allons faire un tour bref des nouveautés avec l’interface pure  d’Android 4.2.

Voici un de mes bureau. Celui-ci, c’est le social.

Tout d’abord, nous allons voir la Home et le launcher. Si vous êtes un habitué d’Android, vous n’êtes pas sans savoir que, comparé à ses concurents, on a accès à un Bureau et à la liste des applications séparéments. Ce bureau peut, comme le bureau Windows, avoir certains raccourcis d’application. Il peut aussi avoir des widgets et, cerise sur le gâteau, vous pouvez définir un fond d’écran. Autant sur Iphone, vous pouvez personnaliser la coque avec un bumper, autant avec Android vous pouvez personnaliser votre écran. A savoir que l’écran définit pour le bureau sera le même que celui de votre lockscreen. De base, le « Home » contient 5 bureaux. Dans la version basique d’Android, il n’est pas possible de changer le nombre de bureau, leur placement ou l’animation de transition entre les bureaux.

On est passé de 4 items par ligne à 5 items avec la 4.2

Pour ce qui est de la liste des applications, dans les anciennes versions, elles étaient disposées en 4×5 à l’écran. Depuis la 4.2, Google a un peu tassé le tout avec du 5×5 (ah, on me dit dans l’oreillette que seul ne nexus 4 est touché par cette modification). Personnellement, je ne suis pas trop fan de ce tassage car certaines applications ont leur nom qui colle avec la suivante ce qui peut donner un effet de mal finit. L’onglet Widget ne change pas du tout par rapport à l’ancienne version. Vous sélectionnez votre widget et vous le faites glisser sur le bureau à l’emplacement voulu. Idem pour l’icône d’accès au market qui n’a pas changé depuis la 4.0.

Enfin des raccourcis de paramètres

L’une des nouveautés de la 4.2, qui a été découverte avec le Nexus 4, c’est le fait d’avoir accès à des raccourcis de réglages directement dans la barre de notification. Pour y accéder, vous avez deux possibilités. Soit vous accédez à la barre de notification standard et vous cliquez sur le bouton vous affichant les raccourcis, soit vous faites glisser la barre de notification avec deux doigts et vous y êtes directement. Ces raccourcis ont été, au début, identifier comme des boutons ON:OFF de réglages comme ce que font les Samsung et autres téléphones sous Cyanogen. Malheureusement il s’agit juste de réglages vers des endroits des paramètres. Enfin sauf pour le bouton du mode avion qui fait bien office d’interrupteur. Ce que je trouve dommage aussi, c’est de ne pas pouvoir enrichir cet écran avec de nouveaux raccourcis et/ou interrupteurs. A voir avec une mise à jour si Google va améliorer ça.

Voici un vrai Lockscreen

Ensuite, l’autre grosse nouveauté, est le fait d’avoir des widgets sur le lockscreen. De base, deux widgets sont disponibles : l’horloge et l’appareil photo. Lors du déverrouillage de l’écran, vous n’avez plus accès directement à l’appareil Photo, il faudra passer au nouveau widget disponible à droite de l’horloge (en tout cas de base). De base, vous avez la possibilité de rajouter les widgets suivants : Gmail, Agenda, Horloge et SMS.

Voici le nouveau raccourcis vers l’appareil photo

Vous remarquerez un petit cercle en lieu et place de nos trois boutons de navigation sur l’écran de verrouillage. Il s’agit simplement d’un raccourcis pour lancer GoogleNow au déverrouillage du téléphone.

Nous irons vor les autres nouveautés qui, elles concernent le multimiédia, dans la partie suivante.

Multimédia

Niveau multimédia, le Nexus 4 a de quoi faire. Il permet de lire facilement la plupart des formats vidéos disponibles sur le marché. Si ça ne marche pasz, optez pour une application dédiée à la lecture vidéo comme MxPlayer qui, selon moi, est le meilleur des lecteurs vidéos disponible sur Android. Outre ceci, sachez que Le Nexus 4 a d’installé par défaut les services Googles disponibles en France (store, musique, vidéo, livre), le grand absent étant magazine pour le moment en France.

Google Musique, c’est vraiment LE service qu’il manquait sur la plateforme Android

Malgrés l’espace interne ne pouvant être étendu par une carte SD, vous avez de quoi faire (sauf si vous mettez un blueray RIP dans votre mémoire interne). Même en musique (16Go permet de stocker facilement une bonne vingtaine d’albums). De plus, grâce à Play Musique, vous pourrez mettre toute votre musique personnelle dans le Cloud (20000 titres disponibles) et mettre celles que vous voulez en cache sur votre smartphone. De plus, j’ai l’impression que l’application compresse le musiques mises en cache.

Maintenant, on accède au réglage en restant appuyé sur l’écran

La plus grosse nouveauté au sein de l’expérience multimédia avec cette version, c’est l’appareil photo qui a été complètement revu et corrigé. Vous pouvez maintenant accéder aux réglages de l’appareil photo par un simple appui Long sur l’écran puis glisser sur le réglage souhaité. Le mode Panorama a été amélioré avec la possibilité de le faire autant verticalement qu’horizontalement. Le mode vidéo permet aussi de réaliser des vidéos en Timelapse avec un temps prédéfini entre chaque prise. Vous pouvez aussi prendre des photos tout en continuant de filmer. Un nouveau mode a fait son apparition, il s’agit de photosphere qui va vous permettre de réaliser facilement, des photos à 360° où vous pourrez bouger à la façon de streetView. Le seul défaut, c’est que le zoom n’est plus possible avec un seul doigts. Seul le zoom/dézoom avec le geste de pincement permet de le réaliser.

Maintenant, on peut encore plus personnaliser nos photos qu’Instagram

La galerie aussi a eu une petite refonte. De plus, vous pouvez personnaliser la plupart de vos photos, qu’elles soient sur l’appareil ou sur picasa, grâce au bouton prévu à cet effet en bas à gauche. Vous devriez avoir beaucoup plus d’options que ce très cher Instagram. Comme d’habitude, vous avez la possibilité de les partager très facilement grâce à l’icône de partage en haut à droite et vous avez un raccourcis pour pouvoir lancer l’appareil photo.

JetPack Joyride est un classique du jeu mobile

Pour ce qui est des jeux, Le nexus 4 n’est pas en reste et m’a permis de jouer à bon nombre de jeux sans lag ni plantage. Par contre, passé un certain temps,  vous ressentirez de la chaleur dans le dos du smartphone. Ceci est un petit défaut sur le choix du verre comme coque car il n’est pas adapté pour la dissipation thermique.

Je finirai en disant que pour tout ce qui est multimédia en déplacement, le Nexus 4 vous satisfera amplement. De plus, son écran permet un bon confort que ce soit pour les yeux, ou pour le placement des mains.

Conclusion

Je ne vous conseille que grandement de passer au nexus4 si vous avez un smartphone de plus de 2 ans ou si vous êtes un développeur Android. Pour les autres, tout dépend de vos choix. Bien que le nexus 4 a tout pour plaire sur le papier et en utilisation, il y a quand même certains points qui font baisser sa note finale.

Pour commencer, la chauffe du téléphone dès qu’on l’utilise un peu trop. Si vous lancez une application gourmande en ressource, vous aurez votre téléphone qui chauffera assez rapidement. Enfin, après une semaine d’utilisation, le phénomène a tendance à arriver de moins en moins souvent. A vérifier avec le temps.

Ensuite, l’un des gros défaut est qu’il est mentionné sur le site de Google que le Nexus 4 peut se recharger sans fil. Malheureusement, le chargeur prévu à cet effet par Google, nommé Orb, n’est pas encore disponible et ne le serait pas avant début 2013. Dommage, d’après les différentes vidéos de test, il permettrait de tenir le téléphone dans n’importe quel sens et permettrai de tenir le rôle d’une station d’accueil intelligente. Intelligente car les chargeurs sans fil ne chargent plus le téléphone s’il n’en a pas besoin et donc permet de garder la batterie en vie plus longtemps.

Malgré ces deux points noirs, le nexus 4 est un produit innovant, très classe, et peu cher (à partir de 300€ sur le play store).

Preview Android Jelly Bean

Preview Android Jelly Bean

Bonsoir, c’est un peu à chaud que je vais aborder avec vous, rapidement, les principales nouveautés d’Android Jelly Bean (version 4 .1). Sachez quand même que je n’ai pas pu voir la keynote de ce soir donc j’ai regardé tout aussi rapidement les nouveautés via Twitter et via le SDK déjà disponible au téléchargement.

Je vais vous présenter d’abord les nouveautés pour l’utilisateur puis ensuite celles pour les développeurs. La plupart des images que vous verrez sont prises à partir de l’émulateur et vu qu’elle est encore au stade de beta, d’autres nouveautés ne sont pas encore connues.

Note aux développeurs :

Pour utiliser l’émulateur, lorsque vous arrivez sur le home et que vous avez un fond noir (100% des cas). Faites les étapes suivantes :

  • Ouvrez la barre de notification
  • Cliquez sur le bouton paramètres
  • Appuyez sur le bouton Home
  • Et voilà

Nouveautés d’Android 4.1 :

Dans les nouveautés, je vais vous parler très brièvement de la partie home car elle n’a pas réellement changée. La seule « grosse » nouveauté concerne les widgets. Quand vous voulez les placer et, si un raccourci de l’application gène, Android va le décaler sur le côté pour laisser la place au Widget. Très utile pour les placer plus rapidement et éviter le message « Oups, plus assez de place ».

Voici la nouvelle Home.. Euh en fait non

La barre de notification quant à elle est devenue très sobre. Finie la transparence pour voir derrière la home. Tout est noir. En tout cas, ça rend très bien avec les notifications.

Mais qui est cette Dianne?

On notera aussi une évolution du clavier qui n’est pas sans rappeler celui d’HTC à ses débuts sur Sence. ou celui fournit avec Android 2.3 Mais il a la particularité d’être enfin prédictif et ce très efficacement. Je pense que SwiftKey et autres claviers prédictifs n’ont qu’à bien se tenir d’ici là.

Rien à redire.

Maintenant nous arrivons sur Google Maps. Je n’ai pas pu tout voir car l’émulateur est assez capricieux. Sachez juste que sur la version installée, il est enfin possible de télécharger simplement une portion de la map pour avoir par exemple le GPS en offline. (Oui je sais, avant on pouvait le faire via le labs).

Mais trop bien!!!

On notera aussi la présence d’un nouvel Easter Egg pour Jelly Bean mais ça, je vous laisse le découvrir.

L’une des nouveautés qui fera plaisir aux utilisateurs avec un petit forfait data est que lors d’une mise à jour de l’application, ce n’est plus toute l’application mise à jour qui est téléchargée mais juste les fichiers impactés. Fini les 3Mo de téléchargement pour juste un petit Fix Bug.

Vous pouvez aussi dès maintenant, et ce pour toutes les versions d’Android, supprimer et mettre à jour, directement depuis le play Store Web, vos applications. 

Et si je mettais à jour chrome??

Dans les autres nouveautés que je n’ai pas pu tester on notera aussi :

  • Nouvelle version de Google+
  • Nouvelle version de Youtube
  • Meilleure fluidité globale du système
  • L’ajout d’une secrétaire : Google Now
  • Possibilité de coller plusieurs photos ensemble directement à partir de l’appareil Photo.
  • Et pleins d’autres que je n’ai pas encore vu.
 

Côté Développeurs

De ce côté-ci, il y en a à la pelle donc je vais juste indiquer les quelques-unes qui m’ont marquées :

Le service de push C2DM sort de la phase de Beta et devient GCM pour Google Cloud Message. Plus de formulaire à remplir mais  une clé API à générer pour chacune de vos applications et une library externe à rajouter à votre projet. De plus, Google annonce qu’il n’y aura plus de limite de taille (limitée à 200 caractères environs avant) ni de limite d’envoi de push. Ce n’est pas une bonne nouvelle ? Et cerise sur le gâteau, GCM est compatible Android 2.2+ (tout comme son aïeux C2DM). 

Maintenant, on peut passer simplement des options à nos activitées comme le fait de rajouter des animations pour le lancement et la fermeture.

On peut indiquer directement dans le Manifest l’Activity parente d’une autre activité pour un retour rapide grâce au bouton retour.

Les notifications ont deux tailles disponibles : BIG et NORMAL. De plus, on peut les mettre à jour facilement et en fonction du cas, rediriger sur le bon Intent. On peut aussi faire des notifications que image, que texte ou texte + image. Et pour finir les notifications en beauté. Si vous avez un appel ou un sms dans les notifications, vous pouvez répondre/rappeler directement si vous le souhaitez.

Inclusion  d’une nouvelle déclaration dans le Manifest pour les appareils qui sont dédiés à l’affichage de l’interface utilisateur sur un écran de télévision: FEATURE_TELEVISION.

On peut Maintenant rattacher un ClipDataObject (Copier/Coller) directement à un intent via la méthode setClipData().

Ajout de la méthode isActiveNetworkMetered() qui indique si oui ou non on a un réseau disponible et qui plus est fonctionnel.  

Et pleins d’autres nouveautés que je n’ai pas encore eu le temps de voir.

Conclusion

Bref, ce petit aperçu de Jelly Bean m’a vraiment mis l’eau à la bouche. L’api se complète enfin avec des méthodes simples qui évitent de faire une méthode bancale (test du réseau par exemple). De plus l’OS en lui-même se bonifie avec le temps en proposant toujours plus de fonctionnalités utiles et pratiques et qui permettent à l’utilisateur final de se simplifier la vie.

Google prouve qu’Android n’est plus réservé aux Geeks mais qu’il peut être utilisé par le grand public avec une grande facilité. Il l’avait déjà prouvé avec l’ancienne version mais avec la nouvelle, c’est encore mieux. Il ne reste plus qu’à prier pour que les constructeurs suivent le pas et ne fassent pas la même erreur que pour les anciennes versions non arrivées.

Dart : Le langage web made in Google

Dart : Le langage web made in Google

Google a annoncé officiellement en fin de semaine dernière le développement de son propre langage : DART

DART, c’est quoi? Et bien il semblerait que ce soit un nouveau langage structuré pour le web venant remplacer html et consort. Pour le moment, aucune autre information n’est disponible car Google devrait le présenter lors de la conférence GOTO Aarhus prévue le 10 octobre prochain.

Certaines spéculations vont bon train sur la toile disant que ce ne serait qu’une extension du moteur JS V8 équipant le navigateur Chrome et d’autres encore pensent que ce sera un langage interprété tel qule python et le javascript.

Donc rendez-vous le 10 octobre pour avoir la réponse.

[Sources : Korben | Developpez.com]

Développement Android sous Netbean

Développement Android sous Netbean

by Throrïn 3 Comments

Pour mes tutos de la rentrée, je vais commencer simplement avec le passage à un nouvel IDE : Netbean. Comme Eclipse, Netbean est un IDE codé en Java, permettant de développer sous différents langages (PHP, C/C++, Java, …), et pouvant être enrichi grâce à des extensions (intégration Subversion, …).

Aujourd’hui nous allons voir comment développer sous Android avec Netbean. Comme certains le savent, Google fournit une extension Android que pour Eclipse et, malheureusement, elle a tendance à planter sous Eclipse Helios (dernière version).

Heureusement pour nous, un plugin non officiel, mais fonctionnel, a été fait pour Netbean et, je dois bien l’avouer, il semble être assez bien réussit.

Je ne l’ai pas testé dans sa globalité mais il me semble correct. Après à vous de voir. Mais, avant de commencer, vous devrez télécharger Netbean. Je vous conseille de prendre la version contenant les différents langages ainsi que les serveurs glassfish et Apache tomcat.

Dans l’ensemble Netbean fonctionne comme Eclipse, autocompletion, ajout de library java/PHP, … mais, et c’est là son point fort, il s’avère être beaucoup plus léger et rapide. Ensuite, n’oubliez pas de vous procurer le SDK Android, d’installer les différentes versions disponibles, et de créer une machine virtuelle Android.

Bien, maintenant que tout cela est en place, nous allons nous attarder à l’installation du plugin. Pour se faire, nous allons enregistrer un nouveau dépôt dans Netbean. Pour se faire, il suffit d’aller dans Outils -> Plugins. Si vous n’avez que plugins et Options, profitez-en pour activer les plugins PHP et Java SE (figure 1).

Ensuite, allez dans le dernier onglet () et choisissez d’ajouter un dépôt. Là, entrez l’adresse suivante, puis validez (figure 2) :
http://kenai.com/projects/nbandroid/downloads/download/updatecenter/updates.xml

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à installer le plugin. Pour se faire, allez dans l’onglet Plug-ins disponibles et sélectionnez Android puis installez (figure 3).

Bien, il ne nous reste plus qu’à ajouter les différentes ressources Java d’Android dans Netbean et le tour est joué. Pour se faire, nous allons aller dans Outils -> Java Platforms -> ajouter une plateforme. Puis sélectionnez Google Android Handheld Platform (figure 4).

Pour finir, pointez le SDK et sélectionnez la version à ajouter. Personnellement, j’enregistre chaque version d’Android (figure 5).

Voilà. Maintenant il ne vous reste plus qu’à créer un projet Android. Vous pourrez constater que l’arborescence diffère d’Eclipse (figure 6). Pour lancer votre application, il vous suffit juste d’appuyer sur la touche F6 et une machine virtuelle Android se lance (figure 7).

Maintenant vous pouvez développer convenablement sous Netbean. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de tester le debuggeur. Si vous avez un problème, n’hésitez pas à demander.

Google Chrome Frame

Google Chrome Frame

Bonjours,

Aujourd’hui je vais vous parler d’une extension d’Internet Explorer 6, 7 et 8 qui fait grand bruit sur la toile. Il s’agit de Google Chrome Frame ou encore, de comment intégrer le rendu de Google Chrome dans Internet Explorer.

Si certains ont pu le voir, je viens de le mettre en place sur mon site pour que les utilisateurs d’Internet Explorer puissent profiter des nouveautés de CSS3 ainsi que la suppression des bugs d’affichages des différentes versions.

En continuant là-dessus, on a la possibilité d’automatiser l’installation du composant pour les utilisateurs lambda. On a le choix entre une fenêtre sur notre page, ou d’un pop-up.

Personnellement, après avoir essayé la frame, j’ai eu quelques bugs de mise en page donc je me suis tourné vers le pop-up mais, là encore, la dernière version d’Internet Explorer les bloque. Espérons que l’équipe de Google pensera à un autre système par la suite.

Ensuite, pour l’utilisateur, la mise en marche de Google Chrome Frame est transparente. Il faut juste que le développeur rajoute une simple balise Meta sur son site et le tour est joué:

Pour tous renseignements supplémentaires, je vous invite à aller voir la page de Google traitant de cette extension (en anglais par contre).